Ne me remerciez pas ! => Groupe Varenne

 

Pqo 2024 2

(Source : La Bibliothèque des littératures policières)

PQO 2024 Bandeau pqo

Proclamation Bastion avec e devos

(Source : https://twitter.com/prefpolice/)

 

Prix du Quai des Orfèvres 2024 ; voir ici un aperçu de la proclamation le 08 novembre 2023 au 36, rue du Bastion.

Reportage de la soirée du 08/11 : merci Miss K !

Petit entretien à France Inter, enregistré juste avant la proclamation et diffusé le 08/11 à 19h :

La Préfecture de Police de Paris a le sens de l'humour : la preuve !

Et Le Point a aimé, c'est top !

Coup de coeur polar de Valérie Expert sur Griffenoiretv !

Forum "Police-Justice" lors de la foire de Brive, le 12/11/2023, présenté par Selma Bensouda ; plateau partagé avec les journalistes Mikael Corre et Dominique Verdeilhan (ouh là ! j'étais grave enrhumé...).

Entretien sur Tébéo le 20 novembre 2023.

Pleine page dans Le Télégramme du 21/11/2023 :

Pqo telegramme

Long reportage photographique sur la soirée de proclamation du 08/11/2023 sur Purepeople (31 photos) ; publié le 23/11/2023.

Entretien sympa sur RCF Bretagne, de 29', diffusé le 27/11/2023.

Interview à Sciences Ouest, Le géologue derrière la plume ; publié le 30/11/2023.

Court extrait des Grosses Têtes du 30/11/2023 : Caroff rtlCaroff rtl (604.91 Ko).

La scène culture, France Bleu le 05/12/2023 : interview d'Emmanuelle Devos par Davis Lantin : 2023 12 05 france bleu reseau 05 12 2023 600000002303349612023 12 05 france bleu reseau 05 12 2023 60000000230334961 (74.25 Ko)

La librairie francophone, France Inter le 06/01/2024 : coup de coeur de la libraire Nathalie Clérin, de la Librairie de La Mazerine , à La Hulpe, en Belgique ("Un petit policier de première qualité") => ici (à partir de 32'45'').

Cross/over (n°419), l'émission culturelle de Radio FMR, offre à ses auditeurs le 06/01/2024 une longue chronique décontract' sur le roman ("Intrigue très bien menée" ; "Dénouement très sympa") de 52'42'' => 1h07'50''.

"L'Express" célèbre les auteurs les plus lus de 2023 !

"Les stars de l'édition au Royal Monceau - De Jean-Baptiste Andrea à Maud Ankaoua, de Giuliano da Empoli à Amélie Nothomb, les champions des ventes en 2023 et leurs éditeurs, réunis par L'Express, ont partagé confidences et agapes." L'Express, 15/02/2024 (voir aussi en bas de page).

"Café Polar" sur RFI : "Gros plan sur le prix littéraire réputé le plus incorruptible : le Prix du Quai des Orfèvres." Un entretien avec Catherine Fruchon-Toussaint. Version courte : 8'22'' ; version intégrale : 20'51''.

100 000

 

 

 

 

(fin janvier 2024 ; France métropolitaine hors numérique)

 

Librairies :

06/12/2023 16-19h : Dialogues, Morlaix, 29 (voir ici).

08/12/2023 à partir de 16h : Dialogues, Brest, 29 (voir ici).

13/12/2023 à partir de 17h30 : Librairie des Batignolles, Paris 17e.

16/12/2023 10h30-12h30 Les Passagers du livre, Landerneau, 29 (voir ici et ).

26/01/2024 19h : Libraire La Passerelle, Antony, 92.

 

Salons :

10-12/11/2023 (week-end après la proclamation), la Foire du Livre de Brive, 19.

18-19/11/2023 : Noir sur Ormesson, Ormesson-sur-Marne, 94.

27-28/01/2024 : Le Coquelicot noir, salon du livre policier de Nemours, 77 :

08-09/03/2024 : Le Salon du livre de Genève, Palexpo, Genève, Suisse.

29/03-02/04/2024 : Festival de Littérature Insulaire, Ouessant, 29

6-7/04/2024 : Quais du polar à Lyon, 69.

18-20/05/2024 : Le Goéland masqué, Penmarc'h, 29.

19-20/07/2024 : Noir Vézère, Le Bugue, 24.

 

Presse :

- "Ventes de livres : quand les lauréats écrasent tout - Aux côtés des cadors de tous genres, les lauréats des grands prix s’installent confortablement dans nos palmarès. Dur, dur, de se faire une place au soleil si vous n’avez pas eu un roman primé. En effet, les lauréats de cette rentrée 2023 se taillent la part du lion avec : en primus inter pares, le prix Goncourt Jean-Baptiste Andrea. Il savoure de jour en jour les lauriers décernés à son roman-fleuve, Veiller sur elle (L’Iconoclaste), qui frise déjà les 100 000 exemplaires vendus, bien avant, donc, les achats de Noël. Derrière lui, Neige Sinno, auréolée du prix Femina. C’est peu dire que les Dames du Femina ont eu le nez creux : son brillant et brûlant récit littéraire, Triste tigre (P. O. L.), dépasse les 75 000 exemplaires. Vient ensuite un petit nouveau en la personne de Martial Caroff, lauréat du prix du Quai des Orfèvres, une récompense comme à l’habitude très prescriptive. Ce qui est moins habituel, en revanche, est le CV du distingué. Eh oui, Martial Caroff n’est ni capitaine de police ni commissaire à la retraite, mais maître de conférences en géologie à l’université de Brest et spécialiste des volcans anciens, versé dans le polar [...]" Marianne Payot, L'Express, mis en ligne le 25/11/2023.

- "Meurtres à l'université - Martial Caroff vient de recevoir le prix du Quai des Orfèvres 2024 pour son épatant roman Ne me remerciez pas ! [...] Avec Ne me remerciez pas ! Martial Caroff trousse un très bon roman policier, un peu à la manière de Pierre Boileau ou Stanislas-André Steeman qui ont fait les belles heures du « Masque » [...] Il en profite également pour dresser un tableau sévère mais assez réjouissant du milieu universitaire [...] D’une habileté diabolique, l’auteur oblige son lecteur à se poser la question favorite des joueurs de Cluedo. Whodunit ? Qui a fait le coup ? [...] C’est sans doute cet esprit Old School qui a plu au jury du prix du Quai des Orfèvres, placé sous l’égide de Christian Sainte, actuel directeur de la police judiciaire, sans doute le prix le plus intègre du monde littéraire parisien, puisqu’il récompense chaque année un roman policier français sélectionné de manière anonyme." Pascal Meynadier, le JDD du 26/11/2023.

- "Nous vous conseillons le livre de Martial Caroff Ne me remerciez pas ! qui a reçu le prix du Quai des Orfèvres 2024. [...] Le lecteur est plongé dans une enquête passionnante menée par l'emblématique police judiciaire parisienne." Newletter faits divers, le.figaro.fr du 26/11/2023.

- "Crime, coquillages et crustacés - [...] Ce polar de Martial Caroff, lauréat du prestigieux prix du Quai des Orfèvres 2024, se déroule dans le huis clos venimeux du monde universitaire. Campé juste avant le déménagement de la PJ du mythique 36, quai des Orfèvres, il offre une plongée nostalgique dans les couloirs de la « maison poulaga », assortie d’une intrigue aux petits oignons, relevée d’une piquante pointe d’humour. Un vrai régal de fin d’année." Elise Lépine, Le Point du 07/12/2023.

- "L'auteur brestois qui affole les vente en dédicace à Landerneau. [...] Et comme un bonheur ne vient jamais seul, cette reconnaissance s’accompagne d’un incroyable succès populaire, puisque son roman policier caracole à la quatrième place des ventes France toutes catégories confondues. Une sacrée surprise pour un polar élégant, dont l’intrigue s’inscrit dans le milieu de la recherche universitaire. [...]" Le Télégramme du 13/12/2023.

- Jacques Gaubert, professeur de géologie à l'Institut européen des études climatiques, s’écroule en plein cours, empoisonné aux diatomées. II finira par mourir. Dans le viseur des enquêteurs de la brigade criminelle de Paris, le 36, la liste des suspects semble être réduite à ce microcosme que constitue l'Institut (fictif). Jalousies, rivalités entre universitaires, vengeance ou motifs sentimentaux s’imposent comme mobiles possibles. Le Prix du Quai des Orfèvres 2024 est une réussite, écrit dans un langage parfois familier rafraîchissant. La Montagne, 22/12/2023.

- "Un auteur primé prend l’Ardèche comme décors pour son polar. Dans Ne me remerciez pas !, le nouveau polar de Martial Caroff, prix du Quai des Orfèvres 2024, enquêteurs parisiens et gendarmes privadois s’allient pour résoudre l’enquête de la mort de Jacques-Antoine Gaubert, enseignant-chercheur en géologie spécialiste des roches contenant des diatomées, qui ont causé sa mort. [...] L’auteur nomme Saint-Julien-Saint-Alban, Flaviac, Coux et Privas. [...] Avant d’atteindre le chef-lieu de l’Ardèche, ils passent par Saint-Julien-Saint-Alban. Là, le narrateur note le déchaînement du vent venu de l’ouest que la vallée de l’Ouvèze ne protège pas. Il nomme Flaviac quelques kilomètres plus loin et de son « minuscule bourg » et décrit les virages des monts du Vivarais, qui le mènent à Coux. Arrivés de nuit « à la plus petite préfecture de France, capitale des marrons glacés, des marrons en crème et des marrons tout court », il parle de Privas comme « d’un gros bourg au pied des Coirons, niché dans un écrin de verdure » [...] « La carrière de diatomite mêlée aux paysages beaux et spectaculaires de l’Ardèche se prête parfaitement à mon intrigue » [...] Le polar Ne me remerciez pas ! a remporté le prix du Quai des Orfèvres 2024, en novembre 2023. Une consécration pour Martial Caroff qui a spécialement pensé ce livre pour le concours [...]". Florémie Blanc, Le Dauphiné Libéré, 04/01/2024.

- "Vente de livres : Pesquet, FOG, Andrea… La belle moisson de décembre. Un petit coup d’œil au palmarès des fictions ? Sans surprise, le Goncourt Jean-Baptiste Andrea, le lauréat du Prix littéraire Trente millions d’amis Cédric Sapin-Defour, la primée du Femina (et du Goncourt des lycéens) Neige Sinno, le collectif 13 à table ! et le prix du Quai des orfèvres Martial Caroff constituent le quintet de tête. Avec des chiffres qui dépassent largement ceux des essais, puisque à eux cinq, ils atteignent le 1 million 225 000 exemplaires (dont quelque 460 000 pour Veiller sur elle). Comme quoi, les Français n’ont pas perdu la bonne habitude d’offrir des livres (et notamment des romans) en fin d’année !" Vente de livres : Pesquet, FOG, Andrea… La belle moisson de décembre – L'Express (lexpress.fr), le 06/01/2024.

- "Un rendez-vous annuel que ce prix du Quai des Orfèvres honorant un manuscrit élu par 22 (« v’là les flics! ») spécialistes - magistrats, policiers, journalistes. Le cru 2024 nous mène à l’I2EC, Institut européen des études climatiques. Un prof s’y effondre en plein cours, empoisonné aux diatomées, ces micro-algues qu’il étudiait. Nous voici confrontés à deux groupes : les savants en leur monde de jalousies, tous supposés coupables ; et les flics de la Crim, panel très bien croqué par l’auteur, ainsi de Franck Kestner, chef de section amoureux, ou du « lieutenant menhir » Menguy, Breton rêveur et geek. On les suit sans peine des quais de Seine aux gouffres ardéchois dans une enquête à rebonds qui doit être prise « par le bon bout de la raison »." Michaëlle Petit, La Croix, le 25/01/2024.

- "Enquête dans le milieu universitaire. Décerné sur manuscrit anonyme par un jury présidé par le directeur de la police judiciaire, le Prix du Quai des Orfèvres est chaque année une valeur sûre. C'est encore le cas avec Ne me remerciez pas ! de Martial Caroff, qui a remporté l'édition 2024 de ce concours fondé en 1946. Professeur de géologie à l'Institut européen des études climatiques, Jacques Gaubert s'effondre soudainement devant ses étudiants après avoir proféré des paroles incohérentes. II décédera quelques jours plus tard à l'hôpital, confus et totalement amnésique. L'autopsie conclura à un empoisonnement aux phycotoxines, une toxine produite par des algues microscopiques. En quantité tellement phénoménale que l'intoxication via des fruits de mer est totalement inconcevable. Le commissaire Kestner et son équipe de la brigade criminelle de Paris vont devoir se plonger dans le milieu universitaire, ses coups bas et ses mensonges, pour trouver le coupable." S.M, Le Courrier Picard, 04/02/2024.

- "Le coup de coeur d'Emmanuelle Ménard. [...] Commence alors une enquête [...] au cours de laquelle les multiples rebondissements nous plongent au sein d'un monde universitaire acrimonieux et venimeux (toute ressemblance avec la réalité de nos campus serait fortuite...) où les rivalités exacerbées entre chercheurs semblent occuper ces derniers plus sûrement que leurs travaux de recherche. [...] Une enquête menée tambour battant, relevée d'une mordante pointe d'humour. Une histoire construite à la manière d'une poupée russe où ce qui semble acquis est remis en question au chapitre suivant. Bref, ce qu'on aime dans les polars. Une écriture efficace, dynamique qui évite de vous plonger dans des digressions psychologiques à quatre sous. À lire absolument. [...] On y tue proprement. D'une manière presque professorale..." Emmanuelle Ménard, Entrevue, février 2024 (Une pleine page, avec une photo !)

- "On a aimé aussi... Jacques Gaubert s'effondre en plein cours. «Empoisonnement aux diatomées», décrète le légiste. Ironie du sort, c'est l'objet des recherches de la victime, un expert en géologie. C'est aussi le métier de l'auteur de ce polar - Prix du Quai des Orfèvres 2024 -, dans lequel les lecteurs se retrouvent avec des dizaines de suspects : collègues, étudiants. chercheurs..." Femme Actuelle Jeux Extra, mars-avril 2024.

"Ne me remerciez pas !" dans le top 10 du palmarès de L'Express (fictions) huit semaines consécutives :

Première semaine (6-12/11/2023) : 8e ; deuxième semaine (13-19/11/2023) : 4e ; troisième semaine (20-26/11/2023) : 5e ; quatrième semaine (27/11-03/12/2023) : 5e ; cinquième semaine (04-10/12/2023) : 8e ; sixième semaine (11-17/12/2023) : 10e ; septième semaine (18-24/12/2023) : 5e ; huitième semaine (25-31/12/2023) : 8e.

"Ne me remerciez pas !" 34e dans le palmarès des best-sellers 2023 de L'Express (romans + essais) :

Palmares l express 2023